Apprendre l’agriculture biologique

Cat : vie pratique

##MT##Apprendre l’agriculture biologique#/MT##

 

 

J’avoue qu’il y a peu, je ne connaissais pas grand-chose aux tenants et aboutissants du bio. Je savais qu’il y avait des règles, je savais que des normes devaient être respectées, je savais qu’il y avait quelque chose à propos des OGM, je savais que certains emballages d’aliments biologiques portaient des mentions telles que “sans antibiotiques” ou “sans pesticides toxiques”, mais je ne savais pas s’il s’agissait d’une norme ou si c’était simplement ce qu’ils mettaient sur leurs emballages. Je savais que parfois j’achète des produits biologiques parce que j’aime le produit, parfois je les achète parce que je me sens coupable, parfois je les achète parce que c’est la seule option et parfois je les achète parce qu’ils sont au même prix que les produits conventionnels, alors pourquoi pas ? D’un autre côté, il y a eu des moments où le budget était serré et où le bio n’était même pas une option. Alors. Je ne connaissais pas grand-chose à ce sujet, notamment pourquoi j’achetais (ou pas) des produits biologiques.

 

Qu’est-ce que le bio ?
 

Pour que les produits alimentaires puissent être étiquetés comme biologiques, ils doivent répondre à des normes rigoureuses. Voici un bref aperçu impartial de ce que signifie le terme “biologique”.

 

J’ai repoussé l’écriture de ce billet parce que j’ai eu des sentiments contradictoires sur ce que j’ai appris. De ce que j’ai vu de l’agriculture biologique, j’en suis venue à croire que c’est une façon idéale et géniale de faire les choses. C’est bon pour la Terre, bon pour notre corps, bon pour les animaux. Les pesticides chimiques ne sont utilisés qu’en dernier recours et ils doivent être d’origine naturelle. J’aime le fait qu’ils utilisent des méthodes naturelles pour lutter contre les parasites et les mauvaises herbes (comme les coccinelles, la rotation des cultures, etc.) J’aime le fait que les agriculteurs avec lesquels nous avons discuté ont déclaré que leurs factures de vétérinaire avaient considérablement diminué après être passés à l’agriculture biologique et qu’au lieu d’utiliser des antibiotiques en premier recours (ou même à titre préventif), ils étaient utilisés en dernier recours (et un animal biologique traité aux antibiotiques n’est plus considéré comme biologique, il est donc généralement vendu à un agriculteur conventionnel). Cela dit. Je vis dans une région où la pauvreté réelle, véritable, est une réalité quotidienne pour de nombreuses familles. J’ai déjeuné à l’école de mes enfants avec des enfants qui n’avaient pas vu leurs parents depuis quatre jours parce qu’ils travaillaient au salaire minimum (les enfants étaient hébergés par des amis ou de la famille) et dont les boîtes à lunch étaient très peu garnies. Personnellement, il y a eu des moments dans ma vie d’adulte où manger bio n’aurait pas été un problème et d’autres où les bananes fraîches sont les seuls produits que nous avons eus parce qu’elles étaient bon marché et que l’argent était compté, donc je ne porte pas de jugement. Si le poulet biologique va utiliser tout votre budget courses, alors ce n’est pas correct.

 

Ce que j’ai vu dans les fermes biologiques
 

En raison de la nature de l’agriculture biologique, il est tout simplement plus difficile de devenir une grande structure, bien qu’ils aient dit qu’il y a quelques grandes laiteries biologiques dans l’Ouest. Pour une raison simple, les vaches biologiques doivent obtenir au moins 30 % de leur alimentation à partir de pâturages frais pendant au moins 120 jours sur l’année.

 

Une chose que j’ai remarquée, c’est que ces laiteries ne puaient pas. Je ne sais pas si c’est à cause de leur petite taille ou à cause de leur régime alimentaire largement basé sur le fourrage ou si c’est un problème de gestion des déchets, mais ce sont des fermes qui ne sentent pas du tout mauvais.

Idéalement, une vache biologique obtiendrait au moins 50 % de son alimentation à partir de pâturages frais, environ 40 % de luzerne et de foin stockés, et 10 % d’orge, d’avoine et de céréales (et tout cela doit être biologique, ce qui représente une dépense énorme pour les agriculteurs), mais cela devrait évidemment être ajusté en fonction de l’endroit où vivent les vaches (apparemment, elles aiment le froid, ce qui confirme de plus en plus que la vache est en fait mon animal spirituel…). En revanche, les vaches issues de l’élevage conventionnel mangent beaucoup plus de maïs et de soja, ce qui est peu coûteux, mais aussi moins sain pour la vache et conduit à une viande et un lait moins sains pour nous. Les laiteries biologiques ont besoin d’environ 1 à 2 acres de pâturage par vache pour se conformer à la norme biologique, ce qui représente beaucoup de terres et coûte cher aux agriculteurs (et c’est l’une des raisons pour lesquelles les produits biologiques sont plus chers). Ils nous ont permis d’éviter de contaminer les terres biologiques des agriculteurs)

 

En quoi cela a-t-il changé mes habitudes d’achat ?

 

Je suis une amoureuse des animaux. Nous avons plus d’animaux de compagnie que nécessaire. J’aime aussi manger des animaux (je ne mange pas d’animaux domestiques, précisons-le dans cette transition très maladroite), ce qui est une source constante de conflit personnel pour moi, car j’aime tellement les animaux et je les trouve aussi tellement délicieux. Le fait de les voir de près et heureux dans une ferme biologique n’a pas aidé à apaiser mes sentiments de conflit.

Si j’avais des sommes d’argent illimitées, j’achèterais toute ma viande fraîche, mes produits, mes œufs, mes produits laitiers, etc. (en gros, les articles à ingrédient unique) biologiques. Je n’ai pas des sommes illimitées d’argent, et bien que nous ayons une ferme qui vend de la viande biologique locale dans ma ville, je serais sans abri si j’en achetais régulièrement.

 

Je suis passé au lait biologique. J’ai appris que tout le lait biologique provient des mêmes endroits parce qu’il n’y a tout simplement pas tant de laiteries biologiques que ça. Nous ne sommes pas de grands buveurs de lait, donc 5 litres par semaine de lait biologique qui est presque toujours en vente ne prend pas un gros morceau de mon budget courses. En fait, j’aime vraiment le boire (et cela vient de quelqu’un qui n’a pas été un grand fan de lait dans le passé à mon avis, le lait biologique a vraiment, vraiment meilleur goût). 

 

Il y a des choses que je ne changerai probablement pas. Après en avoir appris davantage sur l’étiquetage biologique, j’ai réalisé que plus il y a d’ingrédients dans quelque chose, vous obtenez probablement de moins en moins d’ingrédients biologiques. Si j’aime un produit transformé qui se trouve être étiqueté biologique, je ne vais probablement pas arrêter de l’acheter. Ou si je peux trouver une bonne affaire sur le produit biologique équivalent, alors j’essaierai. Mais je ne vais pas payer deux fois plus cher des céréales sucrées pour le petit-déjeuner ou des macaronis au fromage, vous voyez ? Du moins pas de sitôt.